Fr En

Préjudice d'anxiété : des salariés anxieux et des employeurs inquiets...

Publié le : 07/12/2013 07 décembre déc. 2013
L’arrêt rendu le 11 mai 2010 par la Chambre sociale de la Cour de Cassation reconnait l’existence d’un "préjudice spécifique d’anxiété" des salariés qui avaient travaillé dans un établissement ouvrant droit au dispositif de l’Allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante (ACAATA), en application de l’article 41 de la loi n°98-1194 du 23 décembre 1998, au motif qu’ils se trouvaient "dans une situation d’inquiétude permanente face au risque de déclaration à tout moment d’une maladie liée à l’amiante…" (Cass. soc., 11 mai 2010, 09-42.241). Le 25 septembre 2013, la Chambre sociale de la Cour de Cassation réaffirme sa jurisprudence et consacre l’existence d’un préjudice spécifique d’anxiété qui répare "l’ensemble des troubles psychologiques" (Cass. Soc., 25 septembre 2013, n°12-17.667). Ainsi le préjudice spécifique d’anxiété est caractérisé lorsque le salarié, qui a travaillé dans un site "classé amiante", se trouve, par le fait de son employeur exploitant du site, dans une situation d’inquiétude permanente de voir se déclarer à tout moment une maladie liée à l’amiante. Il est à craindre que les salariés bénéficiaires de l’ACAATA se prévalent dune double présomption: l’exposition fautive au risque d’inhalation de poussière d’amiante et l’anxiété qui n’a pas à être objectivée par des éléments médicaux. Le débat n’est pas clos pour autant et de nombreuses questions subsistent. D’abord, la problématique de la prescription des actions avec la coexistence d’une prescription quinquennale de droit commun issue de la loi n°2008-561 du 17 juin 2008 (article 2224 du Code Civil) et une prescription biennale des actions portant sur l’exécution du contrat de travail résultant de l’article 21 de la loi n°2013-504 du 14 juin 2013 (article L.1471-1 du Code du Travail). Se pose également la question du point de départ du délai de prescription. C’est la promulgation de la loi du 17 juin 2008 pour certains (ce qui explique la célérité avec laquelle les actions ont été introduites devant les CPH avant le 18 juin 2013), mais d’autres points de départ sont envisagés tels que le classement du site, la délivrance des attestations d’exposition... En outre, la jurisprudence de la Cour de Cassation prive t-elle les salariés d’une action dirigée contre des entreprises "non classées" ? Ce n’est pas certain. Le demandeur non bénéficiaire de l’ACAATA ne peut se prévaloir de la double présomption. Il devra rapporter la preuve d’une exposition fautive au risque, d’un préjudice et de son lien de causalité avec une faute de l’employeur en application de l’article 1147 du Code Civil. Enfin, les employeurs s’interrogent légitimement sur le possible élargissement des demandes faites au titre de l’anxiété à d’autres domaines d’activités. La Cour de Cassation souligne le caractère "spécifique" de ce préjudice des salariés exposés à l’amiante. On ne peut toutefois exclure une contagion à d’autres risques professionnels tels que les risques chimiques ou nucléaires. Pour preuve la recrudescence des demandes de délivrance d’attestations d’exposition aux produits chimiques. La prévention doit être plus que jamais au coeur des préoccupations des employeurs. Ces problématiques donneront lieu, à n’en pas douter, à de vifs débats devant les juridictions tant les enjeux financiers sont importants.  
Joumana Frangie-Moukanas

Historique

<< < ... 353 354 355 356 357 358 359 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.